Alain Michel, les enfants juifs et l'escamotage de la responsabilité de Laval - Histoire(s) de la Dernière Guerre - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies


[ 1939-45, AU JOUR LE JOUR ]
 
 
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 21 octobre 2014 à 13h57

Histoire(s) de la Dernière Guerre / collectif

En réponse à -15 -14 -13 -12 -11 -10 -9 -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Alain Michel, les enfants du Vel d'Hiv et autres questions de Emmanuel de Chambost

Alain Michel, les enfants juifs et l'escamotage de la responsabilité de Laval de Nicolas Bernard le mardi 21 octobre 2014 à 13h45

Re-bonjour,

Pour mettre les choses au clair, tout ne me convainc pas dans les thèses de Robert Paxton, dans la mesure où il sous-estime considérablement l'intérêt et les manoeuvres de Hitler vis-à-vis de la France de Vichy, ce qui l'amène du même coup à surestimer la marge de manoeuvre de cette dernière. Mais il ne s'agit là que d'affiner ses conclusions, non de les remettre en cause sur l'essentiel.

Pour revenir aux considérations d'Alain Michel sur le point de savoir qui a décidé d'incorporer les enfants juifs dans les rafles et la déportation, elles deviennent hautement ridicules. L'intéressé, en effet, joue (volontairement ou non, peu m'importe), sur les notions d'arrestation et de déportation.

Il était en effet admis que les enfants seraient arrêtés avec les parents - ce qui sera notamment concrétisé par les instructions du 11 juillet 1942. Le propos de Laval n'aurait aucun sens s'il n'était envisagé d'emmener les enfants juifs avec leurs parents lors des arrestations (qu'ils soient internés avec lesdits parents ou confiés à des organismes sociaux est une autre question, vite tranchée d'ailleurs...).

Du reste, il est faux d'alléguer que le 13 juillet 1942 au soir la police française aurait eu pour directive de ne pas arrêter les enfants de moins de 16 ans. C'est l'exact contraire, dans la mesure où la première page de la circulaire émise le jour même par la Préfecture de Police prescrit:

[L’arrestation et le rassemblement d’un certain nombres de Juifs étrangers] concerne tous les Juifs des nationalités ci-dessus, quel que soit leur sexe, pourvu qu’ils soient âgés de 16 à 60 ans (les femmes de 16 à 55 ans).

Les enfants de moins de 16 ans seront emmenés en même temps que les parents.


La question, centrale, portait sur le sort de ces enfants après leur arrestation. Resteraient-ils en France? Ou seraient-ils déportés? Laval a expressément proposé cette seconde solution, s'agissant des enfants juifs de zone libre, et précisé que les Allemands pouvaient faire ce que bon leur semblait des enfants juifs de zone occupée, ce qui revenait au même ("la question des enfants juifs restant en zone occupée ne l'intéresse pas", précisait Dannecker).

Mais ladite solution, qui intéressait la déportation - non l'arrestation, qui allait de soi - impliquait nécessairement une approbation du supérieur de Dannecker, Adolf Eichmann, dans la mesure où il supervisait l'organisation des convois ferroviaires. Eichmann a formulé son accord le 20 juillet 1942.

Cependant, il n'était pas question pour les nazis de procéder à la déportation des parents avec leurs enfants, c'est à dire simultanément. Compte tenu du programme fixé, et des contraintes ferroviaires, les départs pour la Pologne s'effectueraient en deux phases: d'abord les parents, ensuite les enfants. En conséquence, parents et enfants ont été séparés dans les camps d'internement où notre police les avait parqués, les parents étant les premiers embarqués dans les trains sans leurs enfants; ces derniers, pour leur part, ont été littéralement laissés à l'abandon plusieurs semaines, en attendant d'être déportés à leur tour, pour finir gazés.

Bref, je persiste et signe: en escamotant la responsabilité écrasante de Pierre Laval, donc du régime de Vichy, dans le sort des enfants juifs, Alain Michel raconte strictement n'importe quoi. Pour ne pas dire plus.

*** / ***

lue 3524 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes