Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


Edition du 27 mai 2013 à 09h51

Raymond Aron - Le spectateur engagé / entretiens avec J-L.Missika et D.Wolton

En réponse à
-1Les diverses rééditions de Francis Deleu

Epuration, Pétain, Armistice selon Raymond Aron de Emmanuel de Chambost le lundi 27 mai 2013 à 01h06

Selon ses mémoires, p.204, En 1945, Aron écrivit deux textes sur l'épuration, l'un à propos du procés Pétain dans les Temps modernes, l'autre dans une « Note finale », en conclusion aux « Chroniques de France » publiées dans la France libre. Je reproduis Aron :

« Les quelques pages sur le procès Pétain anticipaient sur les polémiques qui jalonnèrent les années d'après-guerre et qui se prolongent encore. Première thèse : le procès et, du même coup, l'épuration relevaient d'une « justice révolutionnaire », non d'une justice au sens ordinaire. « Le gouvernement provisoire, sorti d'une insurrection et non d'un vote populaire, accusait celui qui avait reçu le pouvoir constituant donc suprême, des derniers représentants élus du peuple français.» Et un peu plus loin : « Parler d'intelligence avec l'ennemi dans le cas d'un chef d'État alors que le territoire national est occupé se ramène à une pure fiction juridique. » Deuxième thèse : ou bien l'accusation dénonçait la politique de Vichy comme condamnable en tant que telle, incompatible avec l'honneur, ou bien elle la dénonçait comme contraire à l'intérêt national. Elle choisit le deuxième terme de l'alternative et la défense fi valoir les efforts de l'accusé - du Maréchal - pour protéger les Français. Qui, à moins d'aberration, aurait jamais soupçonné le Maréchal d( s'être mis au service des nazis pour accabler son peuple?

Troisième thèse : bien que l'armistice ne fût pas retenu en tant que chef d'accusation par le réquisitoire, il tint une grande place dans les dépositions des témoins. Certains d'entre eux tentèrent de démontrer 1a thèse du complot qui aurait amené le Maréchal au pouvoir à l'occasion de la défaite. Ils apportèrent tout au plus de vagues présomptions. Devant un vieillard silencieux, « syndic plutôt que responsable de la défaite », les hommes politiques de la IIIe République prononcèrent sans convaincre des plaidoyers pro domo.

Quatrième thèse : les arguments pour et contre l'armistice se laissent plaider en 1945 comme en 1940. Une capitulation militaire condamnait l'armée entière à la captivité; l'Afrique du Nord, presque sans matériel possédait-elle les moyens de se défendre? Dans le sens contraire, on faisait valoir la contribution qu'auraient apportée à la lutte la flotte, l'aviation, l'Empire. J'avançai l'argument le plus souvent oublié aujourd'hui encore : « On ne saura jamais si les Allemands auraient attaqué l'Afrique du Nord (où le gouvernement français se serait replié) en passant par l'Espagne. On ne saura jamais si, en ce cas, nous aurions « tenu ». Mais à supposer que nous ayons tenu, il est hautement improbable que Hitler eût attaqué la Russie au printemps de 1941 en laissant les forces franco-anglaises maîtresses de la Méditerranée. Dans la mesure où l'armistice précipita indirectement l'intervention de l'Armée rouge, il servit la cause alliée. » Et je risquai la formule : « La décision de l'armistice paraît rétrospectivement justifiable, sur le plan des faits, parce que les choses ont bien tourné. » Non sans compléter par cette autre : « .., ni le prestige ni l'unité morale de la France ne sont entièrement remis du coup que leur porta l'armistice ».

Cinquième thèse : en ce qui concerne les Juifs, les avocats du Maréchal invoquaient le moindre mal. « Il est certain que la zone inoccupée a offert un abri à e nombreux Israélites ... Sans l'armistice, les Juifs auraient probablement souffert davantage. Mais qui osera dire que tels aient été les objectifs de Xavier Vallat, de Charles Maurras ou de Darquier de Pellepoix ? » A nouveau, on bute sur l'équivoque des intentions et des conséquences.
Sixième thèse : la date cruciale se situe en novembre 1942. Si le Maréchal avait gagné Alger en 1942, il ramenait à la France, c'est-à-dire à la Résistance, les bons Français égarés par son prestige. resté en France, multipliant les messages contre les dissidents et les résistants, il empêchait le rassemblement de la nation. Il ne trompait plus guère les Allemands, mais il continuait de tromper nombre de Français.


Plus en détail, dans « La Note finale », de l'Armistice à l'insurrection nationale » ... Après l'Armistice, inévitable ou criminel, il fallait avant tout sauver la Flotte et l'Empire ; des patriotes devaient légitimement rester en poste afin de freiner la collaboration et de favoriser la rentrée de la France dans la guerre. Sur ceux qui firent preuve d'un zèle particulier entre 1940 et novembre 1942 en faveur de la collaboration pèse une présomption de culpabilité, non sur ceux qui obéirent à un gouvernement qui conservait les attributs visibles de la légalité.» »

Soixante années plus tard, le débat se pose toujours à peu près dans les mêmes termes.

Emmanuel

*** / ***

lue 2698 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Ah non ! de françois delpla 27 mai 2013 04h45
2 Con en 1945, con en 1983, con pour toujours ! de Emmanuel de Chambost 27 mai 2013 10h42
3 hélas non ! aveugle seulement, ou ne regardant pas au bon endroit de françois delpla 27 mai 2013 11h05
4 Ha bon ? de Jacques Ghémard 27 mai 2013 12h43
5 Précision de françois delpla 27 mai 2013 13h40
4 Ce n'est pas l'armistice, c'est la défaite. de Emmanuel de Chambost 28 mai 2013 01h40
5 au moins, toi, tu n'es pas nazi ! de françois delpla 28 mai 2013 09h23
1 Si Pétain ............... de Léon BEL 27 mai 2013 11h28
1 R. Aron et l'épuration de Francis Deleu 27 mai 2013 13h00
2 Et dans "Le spectateur engagé" de Francis Deleu 27 mai 2013 13h52

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Raymond Aron - Le spectateur engagé

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes