Interview de Madame Poliakov-Rousso - Sur les traces du crime - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Sur les traces du crime / Léon Poliakov

 

Interview de Madame Poliakov-Rousso de Daniel Laurent le dimanche 03 mars 2013 à 05h38

Les éditions Grancher ont eu l’amabilité de me communiquer les coordonnées de Madame Germaine Poliakov-Rousso, la veuve de l’auteur.

Il s’agit, ce qui n’est pas une surprise, d’une dame vraiment charmante. Elle porte allégrement ses 94 printemps et s’il est une partie d’elle qui n’accuse pas le poids de l’âge, il s’agit bien de sa tête qui héberge un cerveau frais comme un gardon.

Elle a eu la gentillesse de m’accorder de son temps et de répondre à mes questions :
Daniel Laurent : Qu’est ce qui a justifié cette republication d’articles de Monsieur Poliakov ?
Germaine Poliakov-Rousso : Les amis de feu mon mari et moi-même avons sélectionné les articles qui nous semblaient les plus intéressants, d’autant plus qu’ils ne sont plus disponibles dans les publications d’origine.
D.L. : Existe-t-il encore des inédits de Monsieur Poliakov disponibles ?
G.P.R. : Toutes les archives sont chez moi et chez mon fils et il existe des inédits, par exemple au sujet de Papon et des négationnistes.
D.L. : Qu’est-ce qui a lancé Monsieur Poliakov dans ses recherches sur l’antisémitisme ?
G.P.R. : On cite souvent sa phrase « Pourquoi a-t-on voulu me tuer ? » mais il fut aussi influencé très jeune par les soucis de sa mère, enseignante en Russie et affectée par le numerus clausus destiné à limiter le nombre d’enseignants juifs.
D.L. : Selon vous, être Juif, c’est quoi ?
G.P.R. : Comme l’était feu mon mari, je ne suis pas pratiquante. Pour lui comme pour moi, c’est notre statut de survivants de la Shoah qui a déterminé notre appartenance au peuple juif.

*** / ***

lue 1442 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes