Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Les Américains à Paris sous l'Occupation / Charles Glass

 

La révocation de Laval et son retour aux affaires de Francis Deleu le jeudi 24 janvier 2013 à 13h31

Bonjour,

Pour évoquer le rôle tenu par René de Chambrun (beau-fils de Laval) dans le retour de Laval aux affaires, l'auteur se réfère à différents témoignages, ceux de René et Josée de Chambrun confirmés en partie par Georges Féat, capitaine de frégate au sein du cabinet militaire de Pétain.
Nous savons que le 13 décembre 1940, Laval fut évincé du gouvernement et remplacé par l'amiral Darlan.

René de Chambrun entretenait de bonnes relations avec le docteur Ménétrel. Lorsqu'il se rendait à l'Hôtel du Parc pour y rencontrer Ménétrel, tout en évitant de croiser Pétain, de Chambrun empruntait l'escalier de service pour rejoindre le bureau de Ménétrel voisin de celui de Pétain jusqu'au jour (et pour l'anecdote) :
***** René était sur le point de sortir quand Pétain entra. Surpris de voir le fils de son vieil ami, il s'exclama « Tiens, c'est toi, Bunny ! », et le conduisit dans son bureau. « Assieds-toi dans ce fauteuil, un peu plus près, que je puisse t'entendre. Comment va Josée ? Et tes parents ? Ton beau-père m'en veut toujours ? » (...) Selon Chambrun, le Maréchal attribuait l'arrestation [de Laval] à ses subordonnés. « Laval savait parler aux Boches, gagner du temps. Darlan est un bon marin, mais sur la terre ferme il est dépassé » *****
Pétain demanda à René de Chambrun si, en dépit de tout, son beau-père accepterait de revenir l'aider. Le lendemain, René de Chambrun reçut un appel de Ménétrel. Pétain souhaitait qu'un rendez-vous, le plus discret possible, soit fixé avec Laval.

C'est en forêt de Randan, le 25 mars 1942, au croisement de deux allées cavalières que Pétain et Laval se rencontrèrent comme par hasard et s'enfoncèrent dans les bois. La teneur de l'échange entre les deux hommes n'est pas connu si ce n'est que le 18 avril, Laval reprenait ses fonctions de chef du gouvernement.

Notons cependant que, selon Georges Féat, l'initiative de la rencontre vint de Laval qui avait rencontré Göring à Paris. Toujours selon Féat, Göring aurait averti Laval que l'Allemagne allait s'assurer le contrôle direct du territoire français.

Bien cordialement,
Francis.

*** / ***

lue 334 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Laval n'avait pas l'aval de Madame de Francis Deleu 27 janv. 2013 17h20

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Les Américains à Paris sous l'Occupation

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes