Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Le Livre noir du communisme / Collectif

En réponse à
-1Le communisme comme un messianisme de René CLAUDE

La mystique n'explique pas tout de Nicolas Bernard le vendredi 04 février 2011 à 16h24

Comment expliquer une telle adhésion ? Le mieux est encore de savoir de quels militants et de quels cadres, de quelle idéologie et de quelle contexte on parle. C'est pourquoi le portrait des cadres, comme des militants, qui ressort des assertions d'Arkadi Vaksberg (un chercheur qui n'a jamais brillé par sa rigueur) comme celles, mieux construites, de Stéphane Courtois, me paraît pour le moins simpliste.

Les différents partis communistes ont vu leur rapport à Moscou évoluer selon les époques et les pays. Pour causer du P.C.F., le mouvement né au Congrès de Tour n'est pas tout à fait celui qui sera, dans quelques années, "bolchévisé", puis "stalinisé" au cours des années vingt. Les individus qui adhéraient au mouvement dans la seconde moitié des années trente, principalement par antifascisme, ne me paraissent pas identiques à leurs prédécesseurs de la période "classe contre classe". Le Parti lui-même a connu des purges et des crises du militantisme, en particulier la saignée consécutive au pacte germano-soviétique. Ceux qui, peu nombreux, n'ont pas déchiré leur carte à cette occasion n'ont pas tous été enchantés de ce nouveau changement subit de la ligne.

L'explication de l'adhésion par le concept de foi me paraît nettement insuffisante. Le fascisme et le nazisme ont aussi un exercé un puissant pouvoir de séduction, ce dernier étant investi d'une forte dimension religieuse. Il serait en fait tout aussi intéressant de se reporter à des facteurs tels que l'origine sociale, la représentation de la réalité, les attentes, les facteurs de contrainte (esprit de groupe et conformisme), l'esprit critique.

En toute hypothèse, le raisonnement qui consiste à décrire les cadres et les militants comme de simples robots pervertis par une illusion diabolique et totalement inféodés à Moscou, la démarche qui s'arrête à la stigmatisation de la complaisance totalitaire sans chercher à comprendre les ressorts psychologiques, culturels, sociaux, de l'engagement, courent le risque de se heurter à une impasse.

*** / ***

lue 663 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le Livre noir du communisme

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes