Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Edition du 04 février 2011 à 14h37

Le Livre noir du communisme / Collectif

 

Le communisme comme un messianisme de René CLAUDE le vendredi 04 février 2011 à 14h26

L'année dernière le PCF (ou ce qu'il en reste), fondé le 29 novembre 1920 à Tours lors d'un congrès resté fameux, a fêté ses 90 ans. A cette occasion, Stéphane Courtois, spécialiste de l'historiographie du parti français a rassemblé sous le titre Le bolchévisme à la française des articles importants publiés dans différentes revues. Il ne s'agit pas d'une simple compilation mais du fruit d'un travail pointu de relecture d'articles dont certains firent scandale. Pourquoi ? Parce que le chercheur y annonçait, documents à l'appui, le temps de l'Histoire contre celui des mémoires.
Je ne souhaite pas revenir ici sur les polémique parfois très virulentes provoquées par les travaux de Stéphane Courtois et de ses collègues rassemblés autour de la revue Communisme, l'historien s'en charge dans son recueil en rappelant au début de chaque chapitre leurs motifs et leurs conséquences. Ce qui ne cesse de m'intriguer, c'est la dimension "mystico-affective" de l'ordre communiste et moscoutaire dans l'esprit de milliers de cadres en France durant des décennies. La question à l'origine de mon billet peut être résumée ainsi: comment expliquer l'adhésion sans réserve d'esprits intelligents et d'artistes brillants à une des idéologies les plus liberticides et les plus meurtrières de l'histoire ? Le chercheur la pose une nouvelle fois dans le premier chapitre intitulé Archives du communisme: mort d'une mémoire, naissance d'une mémoire. Pour cela, il cite son collègue russe Arkadi Vaksberg, auteur d'un ouvrage traduit sous le titre Hotel Lux, les partis frères au service de l'Internationale communiste édité chez Fayard en 1993:
Dans un ouvrage récent, largement étayé sur les archives du Komintern, Arkadi Vaksberg se pose la terrible question:
"Quelle force contraignait donc ces gens [les militants communistes], qui n'étaient ni juridiquement ni moralement soumis à Moscou, à travailler de façon si servile pour un régime étranger et à se transformer en laquais du dictateur du Kremlin ? Pourquoi livraient-ils avec résignation leurs camarades à cette infernale machine exterminatrice ? Pourquoi, au premier appel, se précipitaient-ils vers la mort certaine qui les attendait à Moscou ? Quelle hallucination diabolique les poussait à accepter de devenir les sujets de l'empire communiste et à apporter sur un plat d'argent leur propre tête au bourreau ? A espionner (oui, à espionner !) contre leur propre pays et à être châtiés par leurs employeurs mêmes ?"
Question tragique à laquelle les archives apportent un début de réponse. Le communisme soviétique a certes été un phénomène d'organisation systématique et de despotisme terroriste. Mais, dans sa dimension internationale, il a été d'abord un phénomène de croyance et de foi, d'engagement total d'hommes et de femmes qui vivaient un mouvement messianique appelé à assurer le salut de l'humanité. Le système n'aurait jamais connu puissance et efficacité s'il n'avait reposé sur des militants fanatiques, persuadés de détenir la vérité, désireux de l'imposer au monde entier et prêts non seulement au sacrifice suprême, mais à un sacrifice peut-être supérieur encore, celui de la dignité et de la conscience individuelle.

Pour éclairer le constat de la dimension messianique du communisme soviétique, Stéphane Courtois s'appuie sur les fameuses autobiographies rédigées par tous les cadres:
Ces documents montrent comment le noyau dur des partis communistes - l'appareil - s'est constitué non seulement en contre-société, mais en contre-Eglise, chaque membre de l'appareil rompant avec tout ce qui est impur, ce qui n'appartient pas au Parti et à l'URSS, fusionnant avec sa nouvelle communauté, portant partout la bonne parole de son orthodoxie rebaptisée marxisme-léninisme - cette vulgate stalinienne qui a été dès l'origine conçue comme un dogme. D'où cette interrogation sur la dimension fondamentalement religieuse du phénomène communiste, dernier avatar au XXe siècle du grand mouvement d'orthodoxie qui a traversé les deux derniers millénaires; mais dans une version religieuse archaïque, sur le modèle des formes primitives de la religion décrite par Durkheim, d'une religion totémique, dénuée de dieu (donc athée) et expression fondamentale de l'identité du clan.
(p. 32-33)

Stéphane Courtois, Le bolchévisme à la française, Fayard, 2010.

RC

*** / ***

lue 1574 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 La mystique n'explique pas tout de Nicolas Bernard 04 févr. 2011 16h24
1 Modestie et complémentarité de René CLAUDE 04 févr. 2011 17h52
2 Effectivement de Nicolas Bernard 04 févr. 2011 18h13
3 C'est noté. de René CLAUDE 04 févr. 2011 21h12
4 Les livres en images de Francis Deleu 04 févr. 2011 21h44
1 Rappel de Christian Favre 29 janv. 2015 07h07

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Le Livre noir du communisme

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes