Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Henri FRENAY / Robert Belot

 

Rien n'est simple en novembre 1940 ... de René CLAUDE le mardi 15 avril 2003 à 13h09

Bonjour,

Je crois que le travail de Belot est essentiel pour appréhender la complexité des sensibilités contradictoires qui sont à l'origine de trajectoires non linéaires chez quelques uns des futurs chefs de "Combat" et d'autres mouvements en devenir. Si on prend Jean Gemähling, par exemple, on apprend que dès l'annonce de la demande d'Armistice, il refuse d'entrer dans la mystique "Pétain-le sauveur / Pétain-double-jeu", alors que Frenay, lui, croit sincèrement agir au nom du vieux maréchal qui est parvenu en quelques mois à "dé-républicaniser" la vie politique française, avec l'appui de la quasi totalité des cadres de l'armée, ravis de faire retomber sur le pouvoir civil la défaite.
Il faudra encore une bonne année à Henri Frenay pour comprendre le mensonge vichyste et délaisser (progressivement) les éléments empruntés au discours de la Révolution nationale qu'il utilise encore dans certains de ses articles et manifestes.
Rien n'est simple.
Gemähling au moment où il est recruté par Chevance cherchait à gagner Londres pour rejoindre la France libre: le futur général réussit à le convaincre de n'en rien faire et de rester à Marseille pour renforcer les maigres effectifs de ce qui deviendra le MLN. Gemähling accepte et sera bombardé responsable du SR du tout jeune mouvement clandestin. On voit que cet ingénieur, bien qu'opposé au nouvel ordre et confronté dès le début à travers son travail avec Varian Fry à sa dimension policière, adhère à un mouvement dirigé par un capitaine qui pense faire son devoir patriotique au nom d'un vieux maréchal qui, selon, lui ne peut pas s'exprimer ouvertement... Frenay, ainsi que des millions de Français, est leurré et trahi par le vainqueur de Verdun, cette haute figure dont il ne peut pas intellectuellement et même viscéralement croire à l'éventuelle duplicité. Mais une chose est sûre : Frenay n'attendra pas août 1943 pour sortir d'une torpeur attentiste. Même si son combat n'a pas au départ à l'automne 40 les motivations anti-pétainistes qui lui furent descernée par certains résistants après la guerre, il refuse la défaite et agit. Très tôt. C'est essntiel.

Cordialement,

René Claude

*** / ***

lue 798 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Henri FRENAY

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.52 s  5 requêtes