Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre

Calots rouges et Croix de Lorraine / Paul Oddo et Paul Willing

En réponse à -3 -2
-1une infime partie a été jugée de Michel Auffret

Jugés, acquittés ou relevés de leur peine de Francis Deleu le mercredi 09 juillet 2008 à 12h11

Bonjour,
Procès du 19 au 22 mars 1947 portant jugement sur les agissements des gendarmes français à Drancy
- capitaine Vieux Marcellin commandant du camp à compter du 1°juillet 1942. déserteur en 1947
- lieutenant Barral Paul nommé capitaine le 1° janvier 1944, il avait réussi à entrer dans la résistance en aoüt 1944
- lieutenant Cannac chargé de la sécurité extérieure du camp
- adjudant-chef Laurent Jean
- adjudant Laroquette Jean, chargé de la police intérieure du camp jusqu'au 1° mars 1943 avait réussi à entrer aux FFI en août 1944
- maréchal-des-logis-chef Bousquet Emile
- maréchal-des-logis-chef Vanneste Marcel responsable des fouilles à l'intérieur du camp jusqu'au 1 août 1943
- gendarme Lambert Victor
- gendarme Lucas Louis
Les avocats de la défense des gendarmes avaient tous plaidé: "Ils ont obéi à des règlements et à des consignes qu'ils avaient pour devoir de respecter et d'appliquer."
Dans son réquisitoire, le commissaire du gouvernement soulignait tout de même que les gendarmes "ont appliqué le règlement d'une façon hostile, d'une façon inhumaine et, de plus, se sont livrés sur les personnes des internés à des brutalités inadmissibles". Par contre, les verdicts sont plutôt cléments.

- Seuls les lieutenants Barral et Cannac purgèrent une partie de leur peine. Condamnés à deux ans de prison ferme et à la dégradation nationale pour cinq ans, ils furent graciés et relevés de l'indignité nationale au bout d'un an.
- L'adjudant Jean Laurent : acquitté.
- L'adjudant Jean Laroquette : frappé d'indignité nationale fut aussitôt réhabilité par la Cour de justice "pour participation active efficace et soutenue à la Résistance".
- Le maréchal-des-logis Emile Bousquet : acquitté.
- Le gendarme Victor Lambert : acquitté.
- Le gendarme Louis Lucas : acquitté.
- D'autres qui ne sont pas repris dans la liste publiée ci-dessus, ont été frappés d'indignité nationale, peine aussitôt relevée.
- Pour d'autres encore, leurs dossiers furent purement et simplement classés sans suite.

- Le maréchal-des-logis Marcel Vanneste qui n'avait pas été cité au procès du 19 mars 1947, devait comparaître le 27 juin. Il fut condamné à six mois de prison et à la dégradation nationale pour cinq ans.

Bien cordialement,
Francis.

ndlr : source : Maurice Rajsfus, Drancy - Un camp de concentration très ordinaire.

*** / ***

lue 953 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Les déshonneurs du capitaine Vieux : de Laurent Laloup 02 déc. 2009 10h45
2 Aux ordres de Pétain ! de Francis Deleu 02 déc. 2009 16h34

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Calots rouges et Croix de Lorraine

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes