Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

Chronique de la Résistance / Alain Guérin

 

Nom de code : Brutus de René CLAUDE le mercredi 04 avril 2007 à 10h46

Fayard annonce pour ce mois la parution d'une étude de Jean-Marc Binot et Régis Boyer, Nom de code Brutus. Histoire d’un réseau de la France libre
Présentation :
Le réseau Brutus est l’un des premiers groupes des services secrets de la France Libre : «un de nos plus anciens et plus importants réseaux », selon la propre expression du colonel Passy, chef du BCRA. Dès septembre 1940 son fondateur, Pierre Fourcaud, pseudo « Lucas », franchit clandestinement les Pyrénées, sur ordre du général de Gaulle. Catalogué à droite, Pierre Fourcaud n’hésite pas à recruter dans les milieux de gauche, travaillant main dans la main avec le Comité d’action socialiste (parti socialiste clandestin). Arrêté durant l’été 1941, il transmet le flambeau à son frère, Boris Fourcaud, qui, sous le pseudo de « Froment », et avec l’aide d’un jeune avocat marseillais, André Boyer, alias « Bremond », va patiemment tisser une véritable toile d’araignée pour amasser des renseignements au profit des Alliés. Visionnaires, les deux hommes sont les premiers à lancer l’idée d’un organe fédérant les mouvements de résistance, les partis politiques et les syndicats,
et qui accepterait l’autorité du général de Gaulle. La plupart des Brutus retourneront à l’anonymat à la Libération. Mais quelques-uns connaîtront un destin national : Jean Biondi, Gaston Defferre, Pierre Sudreau, qui a accepté de préfacer l’ouvrage, et Eugène Thomas occuperont des fonctions ministérielles. Le réseau, qui a compté plus d’un millier d’agents, a subi de terribles pertes : plus de soixante d'entre eux ont été fusillés ou exécutés, plus de cent ont été déportés. On compte dans ses rangs cinq compagnons de la Libération : Pierre Fourcaud, Jean Boucher, André Boyer, Emilienne
Moreau, Gaston Vedel.(...)

Le site consacré au réseau :

RC

André Boyer

*** / ***

lue 2673 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 Etranges insignes de Jacques Ghémard 04 avril 2007 11h46
1 sur Pierre Fourcaud de Laurent Boussaton 04 avril 2007 14h04
1 En librairie cette semaine : Nom de code : Brutus de René CLAUDE 10 avril 2007 11h59

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur Chronique de la Résistance

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes