Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre


Et les autres livres cités


La description de ce livre


La description de ce livre

L’Armée Française et les Etats du Levant / Maurice Albord

En réponse à -8 -7 -6 -5 -4 -3 -2
-1Susan Travers en parle de Jacques Ghémard

Affronts gaulliens... de René CLAUDE le mercredi 08 mars 2006 à 10h25

Ces incidents navrants causés par un Connétable irrité - et ici macho ! - se sont reproduits dans plusieurs villes durant les semaines et les mois qui ont suivi la libération du pays. Les soutiers de la Résistance (int et ext.) en furent les victimes. On est loin des bains de foule de la Ve République quand de Gaulle embrassait littéralement les masses sur son parcours. A l'automne 44, il lui fallait casser l'esprit de Résistance trop présent politiquement...
On peut mentionner l'affront d'une profonde injustice infligé aux maquisards et à leurs chefs rassemblés à Toulouse par Serge Ravanel, colonel FFI responsable militaire du sud-ouest (*), au cours du défilé pour la libération de la ville. De Gaulle fut odieux de mépris au point que l'ancien chef FFI pour le sud-ouest en reparle encore régulièrement. (Dans le docu consacré à de Gaulle par Labib et Lacouture, entre autres.)
Selon Ravanel, de Gaulle ne fit preuve d'aucune curiosité pour la Résistance, n'interrogeant aucun de ses membres. Il s'intéressait surtout à rencontrer les "notables" locaux, même s'ils n'avaient pas été résistants. Pourquoi se comportait-il ainsi ? Je pense qu'en débarquant dans cette métropole dont il avait été absent depuis le 17 juin 1940, il avait comme souci primordial d'être reconnu et accepté comme chef de l'Etat par l'ensemble de la population. (...) Il savait aussi que la Résistance intérieure s'était acquis un immense prestige.(...) Elle donnait l'image d'un "homme nouveau" forgé par la lutte patriotique.

Dans Les valeurs de la Résistance, entretiens avec Serge Ravanel par Henri Weill. (éd. Privat.)

RC

(*) Le commissaire de la République était Jean Cassou.

*** / ***

lue 1076 fois et validée par LDG
 
décrypter

 

1 le blessé refoulé, aussi de arcole 08 mars 2006 17h14
2 euréka! de arcole 08 mars 2006 22h29
3 Et il a mal fini ! de Jacques Ghémard 11 juin 2009 15h44
4 Et une autre analyse de la photo et de l'évènement de Jacques Ghémard 11 juin 2009 16h12

Vous pouvez répondre ici

Votre prénom et votre nom ou pseudonymeobligatoire !

Titre du message


sélection en gras, italique, souligné, paragraphe, "citation", lien

Adresse d'une image sur Internet Aide
Adresse d'une page Internet
Titre éventuel de cette page
InfoQuestionRéponseInfo. et quest.MerciPas de texteHumourInclassable

Cliquez sur une icône pour envoyer le message

 

Participer à l'ensemble du débat sur L’Armée Française et les Etats du Levant

Pour contacter les modérateurs : cliquez !

contribution.php bidouillé par Jacques Ghémard le 8 9 2010  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes