Exécution ! - OAS - Histoire d'une guerre franco-française - forum "Livres de guerre"
Pour profiter de
tous les avantages
de ces pages, vous
devez accepter
les cookies



Forum
des livres, revues, sites, DVD, Cd-rom, ... , sur la 2e Guerre Mondiale, de 1870 à 1970
 
 Le débat sur ce livre
 
 L'accueil
 Le menu
 Le forum
 Les livres
 Ajouter un livre, ...
 Rechercher
 Où trouver les livres ?
 Le Glossaire
 Les points
 Les pages LdG
 L'équipe
 Les objectifs
 La charte
 Droit de réponse
 L'aide
 
 
 

 


La description du livre

OAS - Histoire d'une guerre franco-française / Remi Kauffer

En réponse à -3 -2
-1L'attentat était connu, mais ... de René CLAUDE

Exécution ! de françois delpla le mardi 15 novembre 2005 à 18h16

***Je ne connaissais pas le nom du gendarme chargé d'assassiner de Gaulle. A ce propos, le passage précis dans le livre Objectif de Gaulle serait utile.***

"J'étais sur ma moto, une SMEC Ratier 750, du côté de la portière droite, raconte aujourd'hui Géronimo. Le général se trouvait à 80 cm de moi, lorsqu'il monta. les gorilles regardaient ailleurs, vers la foule. Le général me fit un furtif sourire. Je serrais les dents. Je devais être blanc sous le casque. Blanc d erage. Car je n'avais qu'un geste à faire : sortir mon MAC 50 et l'abattre. Je ne pouvais pas le manqeru. Je l'aurais abattu de face. Ma main resta crispée sur la crosse. Ils n'avaient pas voulu que je le tue ce jour-là !"

L'ancien CRS explique ensuite aux auteurs qu'il avait téléphoné à ses supérieurs pour leur dire qu'il aurait une occasion unique de tuer de Gaulle à sa sortie de la mairie et que ceux-ci lui avaient rapondu :

"Pas question de le descendre maintenant. Nos renseignements sont formels : de Gaulle est en réalité d'accord avec nous. Il veut maintenir l'Algérie française. Ses déclarations du moment sont faites pour mieux tromper les Arabes."

Le témoignage de Géronimo fait penser à une intox des services de sécurité. Ce n'est pas l'avis des auteurs, sympathisants OAS, qui tranchent brutalement :

"En réalité, devant l'énormité de l'attentat à la vie du général, les responsables oranais du FAF, leurs adjoints et surtout les militaires engagés à leurs côtés n'ont pas eu le courage de dire oui."

Il semble donc que Dard suive ce livre à la trace et que ce ne soit pas sur ce point que ses sources nouvelles lui aient permis d'apporter du neuf.

*** / ***

lue 1432 fois et validée par LDG
 
décrypter

 



Pour contacter les modérateurs : cliquez !

 bidouillé par Jacques Ghémard le 1 1 1970  Hébergé par PHP-Net PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  5 requêtes